You are currently viewing REVELATION ET PROPHETIE DES QUATRE SAISONS
  • Post published:10 mars 2022

.

Sommaire de l'article

1 – REVELATION ET PROPHETIE DES QUATRE SAISONS : INTRODUCTION

.

NOSTRADAMUS nous a offert un texte exceptionnel qui n’a jamais retenu l’attention des exégètes.

Il appartient cependant au corpus prophétique comme l’affirme l’auteur dès le début du titre :

PROPHETIE OU REVOLUTION, merveilleuse, des quatre saisons de l’an. Et apparition des grands et très horribles Signes, Comètes, Etoiles, et tremblement de terre qui pourront advenir depuis l’an présent jusqu‘en l’an de grande mortalité 1568. An de Bissexte.

La première partie du titre confirme la portée prophétique, un aspect merveilleux et l’organisation de la nature en quatre saisons mais la suite du titre est beaucoup plus désastreuse avec un déchainement des forces de la nature.

On perçoit de manière évidente l’opposition entre les merveilleux cycles d’une nature parfaitement ordonnée et son dérèglement par les actions et les comportements des hommes qui aboutissement à des catastrophes.

Dans la suite du titre avec le mot « révolution » on pressent là les interventions de l’homme et sa manière de se démarquer de l’ordre du monde pour n’aboutir qu’au désordre conduisant à son autodestruction.

La fin du titre semblerait plus rassurante en raison d’une date évoquée de 1568 qui est, en se référant à la chronologie chrétienne, largement dépassée et bien loin de nous, et qui, de plus, n’a pas attirée l’attention des historiens car, de toute évidence, elle n’a présenté rien de remarquable.

C’est sans doute pour cette raison que les interprètes ne se sont pas préoccupés de ce texte.

Cependant, avec ce titre si anachronique et en connaissant la malice du Maître avec son art de cacher tout en révélant, l’expérience et la fréquentation des prophéties en réfléchissant sur toutes les dates relevées dans l’ensemble de ses écrits, on s’aperçoit qu’elles n’appartiennent pas à la chronologie chrétienne mais elles signifient une durée comme l’avait déjà remarqué Jean-Charles de FONTBRUNE concernant « les six cents » qui se rapportent à des mois pour un total de cinquante ans.

Il en est de même pour les autres dates avec « Mil » comme dans le quatrain :

X.72 : « L’an mil neuf cens nonante neuf sept mois, »

Alors, lisons ce texte en se détachant d’une date de 1568 fixée après Jésus-Christ pour discerner l’époque et le vrai message révélé par le contexte et qui s’avère être extraordinaire d’autant plus qu’il répond à une interrogation que nous nous posons depuis deux mille ans.

Quelle extraordinaire et merveilleuse révélation contenue dans ce texte !

Je ne vous cache pas que la lecture du texte original est particulièrement indigeste, avec du vieux français et des phrases à rallonge.

Aussi, je vous suggère de passer directement à la traduction et à ses commentaires avant de vous attaquer au texte original du Maître.

Cependant, toutes ces difficultés qu’il a voulues, ont été faites, encore une fois, pour masquer son message et décourager les moins hardis, d’autant plus que le contenu nous révèle au cœur de la recherche un des plus grands secrets, bien gardé jusqu’à notre époque, qui permet de saisir, dans le fond et dans la forme, la nécessité d’obscurcir son ouvrage.

Retenez bien qu’il ne s’agit pas de l’année 1568 mais d’une durée que nous allons déterminer pour illuminer notre chemin de vie.

.

2 – REVELATION ET PROPHETIE DES QUATRE SAISONS : TEXTE ORIGINAL

.

PROPHETIE OU REVOLUTION, merveilleuse, des quatre saisons de l’an. Et apparition des grands et très horribles Signes, Comètes, Etoiles, et tremblement de terre qui pourront advenir depuis l’an présent jusqu‘en l’an de grande mortalité 1568. An de Bissexte.

PAR MI. DE NOSTRADAMUS

A LYON

PAR MICHEL IOVE

M. D. LXVII

Avec permission.

Du bon commencement de toutes œuvres envers Dieu :

Si les Anciens et subtiles Philosophes infidèles du passé ont toujours au commencement de leurs œuvres invoqué les Dieux d’idolâtrie en leur aide (bénévole Lecteur), par plus forte raison : nous qui sommes illuminés de la Loi de grâce, devons ici premièrement appeler la puissance de Dieu le père, la sagesse de Dieu le fils, et la bonté du saint Esprit, qui font un seul Dieu, en trois personnes : de qui vient tout bien, et tout don qui est parfait.

Qui est celui qui illumine tout homme qui vient en ce monde.

Qui des ténèbres révèle les choses profondes et les cachées les amènent en lumière.

.

D’un seul Dieu et de ses qualités :

Il est donc qu’un seul et vrai Dieu, perdurable, sans mesure, non-muable, tout-puissant, Eternel, n’ayant ni fin ni commencement.

Qui de sa puissance et seule volonté, de rien a créé toutes choses, visibles et invisibles :

.

De l’erreur des Païens Astrologues :

contre l‘erreur des païens astrologues, Qui de sa sagesse incompréhensible gouverne toutes choses, et de sa bonté ineffable les entretiens et conserve, par telle manière, qui n’est rien au regard de lui, qui advienne par accident, ou cas fortuit, ou par fatale destinée : ainsi le tout est conduit par son arbitre, et Providence, duquel sont créés le Soleil, la Lune, et toutes les Etoiles :

.

Des services humains aux astres :

afin qu’ils nous servent pour signes, pour temps, pour mesurer nos ans, et jours et pour diviser cette lumière des ténèbres : et pour ce (dit Saint-Thomas en Jérémie chapitre 10) qu’aucune fois telle chose est faite pour elle-même, ou pour servir à autre, ou pour la décoration du monde, ou pour la gloire et louange de dieu. Mais le Législateur des juifs, Moïse voulant ôter cette idolâtrie du cœur d’aucuns, a seulement touché les causes qui viennent au profit des hommes,

.

Des abus des païens aux signes :

et à cette raison qu’ils ne crussent point que les susdits Soleil et les autres corps célestes fussent Dieu (ainsi qu’on cru les dits Païens) mais qu’ils sussent que c’étaient choses crées de par Dieu, à l’utilité et services des créatures.

.

Des trois utilités des hommes :

Et en cela la première vérité, parce que notre vue est dirigée par lumière, à connaître les choses. La seconde est, pour faire la diversité temporelle, afin que par les divers temps, l’ennui des hommes se passait, la santé fut gardée, les nécessités pour manger et boire pussent croître et fructifier,

.

Des quatre saisons de l’année :

ce qu’ils n’eussent fait, si toujours eu été le printemps, ou l’été, ou l’automne, ou l’hiver.

.

De la disposition des choses :

Et troisièmement ils servent, pour savoir bien ordonner et disposer des négoces humains : en prévoyant de la disposition du temps advenir, par nos Mathématiques et vraie Astronomie, soit paix, guerre, dissension, fruition de biens, chertés et mortalité, ou chaleur, froidure, pluie, sérénité et autres choses semblables. Lesquelles choses aujourd’hui l’on veut ôter de la connaissance des hommes : ce qui nous semble aliéné de raison.

.

De l’abus d’aucuns Astrologues :

Je ne dis pas qu’il n’y ait aucuns se voulant parer de telle science, qu’ils ne sortent hors du vrai but de celle-ci, et pour montrer leur vaine gloire : mais selon notre jugement, telle chose est plutôt connu par leurs effets, qu’autre moyen : ainsi que le Prophète plus que philosophe Moïse au commencement de ses cinq Livres, apertement nous enseigne, faisant son entrée à la création du monde : ce que Saint Paul docteur des gentils, répond en son Epître écrivant aux Romains,

.

De la vertu divine :

que la vertu éternelle de Dieu le créateur est prévue par la création de l’homme.

Et pour cela nous disons à ce propos, que par l’œuvre se connaît le maître tel qu’il est : voyant que par les dits cieux est comprise la souveraine puissance divine.

Et aussi là où les maldisants diraient que les règles Astrologiques sont imparfaites, cela doit être attribué en tout

.

L’ignorance des Auteurs :

à l’ignorance de l’Auteur de telle Science, et non aux cieux et œuvres des figures et planètes de Dieu, auquel appartient gloire, et honneur incompréhensible, lequel par sa haute majesté, donne sa grâce où il lui plait, qui pour montrer sa bonté et puissance immuable,

.

De la pratique de l’advenir par les Signes :

nous a montré et enseigné ses dits signes, par lesquels sont pratiqués plusieurs choses de l’advenir.

Et pour ce nous indigne d’en parler, le prierons de faire vérifier nos écrits au vrai sentier de vérité : laquelle chose il a déterminé devant le commencement du monde.

Et par ainsi dit Saint-Grégoire au 12 de ces Morales, que toutes les choses qui se font en ce monde, se font par le jugement de ce grand ouvrier Jésus-Christ :

.

Des formes que doivent advenir à un chacun :

car lui seul connaissant les choses qui adviendront, a retenu celles, en soit seul, devant la création : ou dès lors il détermina, quelle fortune doit advenir à un chacun.

Aussi dès l’heure il voulut étendre ses cieux, (comme on fait la peau d’un agneau,) lesquels il mit des lettres écrites, qui sont les Signes et Planètes.

Et si nous prédisons de ceci quelque chose non véritable, il nous doit être reproché et non à un autre :

.

De reproche de l’Auteur :

pour ce que combien que les dits corps célestes soient et à ce disposés, ce néanmoins adviennent plusieurs infortunes en tout temps, lesquelles infortunes procèdent de la rotondité du ciel.

.

De la création des Astres par notre Seigneur :

Et pour ce le créateur du monde (qui est celui qui a créé le Soleil et la Lune) qui a disposé le cours et le mouvement du firmament, en le conduisant tous les jours d’Orient en Occident, comme celui auquel toutes choses créées sont sujettes.

Par ainsi c’est chose naturelle à la nature humaine, de connaître la vérité par tels effets : mais (surmontant les œuvres des hommes) on vient par miracle à voir les choses supranaturelles.

Et par ce l’on prenait souvent ce qui est advenir, à cause que notre Seigneur Dieu use de ceux-ci pour manifester la vérité, parlant au vrai de telles influences.

Et quant à nous, craignant faillir, nous suivrons nos pères Philosophes anciens, au champs d’Astrologie, ou cueillerons les fruits en ceux-ci, qui sont les jugements des conjonctions, oppositions, éclipses, et autres faces célestes, en suivant aussi en cet endroit le sage en son livre de Sagesse chapitre 8,

.

Du don de bien à connaître les choses universelles :

où il est dit, que notre Seigneur Jésus-Christ, a donné vrai science en telle chose, comme en premier lieu, savoir par les dits astres la disposition de l’univers, des vertus élémentaires des temps, changement des nues, disposition des étoiles, force des vents, et cours annuels : lequel Seigneur Dieu, par sa grâce a fondé la terre, et par sa providence établi les cieux, qui les conduit, et les temps, et les âges, qui fait tourner les éclairs en pluie, et auquel seul Dieu toutes choses obéissent.

Donc en vain ne nous ont les Prophètes admonestés en Saint Matthieu chapitre 2 et 27.

Que non seulement a voulu être sa nativité à nous mis en certitudes, par le mouvement des Astres, ainsi aussi sa mort et passion, pour plus nous les rendre admirables.

Aussi par même moyen nous a fait de son jugement final certains : Ce que nous ne on voulut celer les dits Prophètes, disant en Saint Luc chapitre 21, en Joël chapitre 3, en Isaïe chapitre 13 et en Jérémie chapitre 23 que les derniers jours pour ils se feront des signes au Soleil, à la Lune et aux étoiles.

Qui est la cause d’inciter le pécheur à la compassion, disant en la personne de Dieu : Convertissez-vous à moi de tout votre cœur en jeunes, pleurs et regrets.

A l’imitation duquel je supplie un chacun y vaquer : car les principes de ces signes déjà nous sont apparus, apparaissent et apparaîtront, comme nous verrons ci-après.

Premièrement nous dirons de l’effet de notre ascendant et calcul de l’année 1566 de laquelle trouvons les astres qui nous menacent de grandes merveilles, non seulement celle-ci : mais aussi les années 67 et 68 comme effusion de sang, d’oppressions, viols de filles, vols et autres telles inhumanités, procédant de la guerre, régnantes plus que devant ou aura déjà été fait grand escarmouche, procédant de la conjonction du 15 Février au 1er Août de l’an passé 65, de Saturne à Vénus, à l’opposition de Mars, de substance colloquée au signe du Lion.

Les effets prendront sur le commencement du Soleil Estival, poursuivant toujours leur force et vigueur jusqu’en l’année de grande mortalité 1568

.

Des grandes molestations du genre humain :

au grand détriment tant des Nobles d’une part et d’autre part, que des Marchands, pauvre et désolé peuple, qui plus qu’autre sera fort molesté : car outre (les dites saisons) les pillages et mangeries ordinaires plus tyranniques que humaines, seront sur ces peuples violemment exécutées : par lesquelles de jour en jour ils seront vexés, et grandement persécutés, dérobés, battus et pillés : qui est contre la divine ordonnance en Saint Luc chapitre 3 et vouloir du Prince.

Ce dont nous rend évident témoignage non seulement Mars le belliqueux, au dit temps, significateur d’effusion de sang : mais aussi Saturne le mélancolique, en conjonction, seigneur d’oppression, larcin, pillage et destruction.

Qui nous est aussi argument encore de quelque nouveau schisme de l’Eglise, revenant ainsi que l’année 1561 et 62 à la ruine de plusieurs temples et monastères, avec spoliation de leurs biens temporels.

.

Apparition de grands signes et très horribles :

Et de ce en adviendra les dites années auparavant plusieurs signes, comètes, tremblement de terre, déluge, foudre, tempêtes, et les plus horribles que on ne vit de cent ans passés.

Ce qu’aussi démontrera l’Eclipse de Lune, le 28 octobre 1566 à quatre heures 38 minutes après midi, fort noire par l’espace de trois heures 42 minutes 17 points de la queue du Dragon et à 11 degrés du Taureau.

Plus une autre, l’année sécante 1567. Le 17 aussi Octobre, devant midi durera en totalité trois heures : ou environ, et commençant sur les deux heures, un peu seulement couverte du bas de la face.

.

Eclipse du Soleil 1566 et 1567 :

Semblablement aussi le démontrant auparavant, vu une autre éclipse de Soleil, le huitième d’Avril en la dite année, le dit Soleil entrant alors en Occident, qui durera fort en grande obscurité à16 degrés du Bélier, et 56 minutes, par 2 heures 8 minutes 10 points.

.

Des signes épouvantables de l’an 1566 :

Qui dénotent vers les principaux climats de Chrétienté, démontre signes merveilleux, signifiant la considération entre Jésus-Christ et les hommes en quoi il fera besoin aux prudents capitaines Chrétiens, avait aide de la divine contemplation céleste : par ainsi ne faudra apaiser Dieu par armes : mais par prières et observations, ainsi que ceux du passé de Ninive.

Cependant Mars incontinent de son mauvais aspect, regardera Jupiter opprimé, portant plusieurs trahisons en son cœur, envers les principaux de l’Eglise, desquels trouvera aucuns de leurs adversaires un prince et de grands seigneurs habillés et vêtus de peaux d’agneaux, fourrés et de loup : mais de pas à pas (comme les précédentes années viendront) le très chrétien, le catholique, et l’aigle romain, que lesquels, nourriront le feu au cœur de l’épouse de Jésus-Christ, car en ce temps là aussi plusieurs ennemis de l’Église catholique et romaine né en n’ayant honte s’ouvrant au droit de détruire, (ainsi que devant) les lieux saints, en occuperont les biens, tant en l’état régulier, que séculier, au préjudice et lors accordé par-ci devant au concile général : et qui sera cause de beaucoup d’opprobre et calamités aux humains , par guerre renforcées de plus belle, tant pour la religion qu’autrement.

Sur quoi environ l’équinoxe Automnale, à l’envitaillement d’aucune forteresse, soit châteaux, villes, cités ou camps, sont menacés (par le susdit Mars de la conjonction au dit temps de Vénus, au Soleil, signe du Bélier au jour et heure, possesseurs de Scorpion exaltation du dit Mars)

.

Présages des grandes surprises des adversaires :

certains grands Prince et Seigneurs de tous états, de surprises par l’ennemi, non de petite conséquence.

Car Saturne machinateur de trahison, au signe des Gémeaux colloqué en la maison 6 exaltation de Mercure, promettant la mort d’un grand Monarque par occision ou emprisonnement, nous donne à entendre, que si la paix ne nous est là-dessus concédée (laquelle je ne crois point encore pouvoir advenir, pour l’indisposition des méchants et selon ennemis de l’Église chrétienne et d’équité) que pour tels moyens sont proposés par les Astres, infinis maux, tels qu’il n’est possible de les révéler. Toutefois si je ferai bien d’affirmer de la sus dite année 1562 et 63.

.

Menaces très périlleuses et signes de très grandes afflictions :

Et celle de 1567 que …, que tant de veuves et orphelins ne furent si universellement vus en toute l’Europe, Asie et Afrique tant par le moyen de cette guerre, que mortalités, Qui me fait conclure les susdites années, des afflictions, dont est fait mention au livre des Révélations de Saint-Jean ex de son Apocalypse chapitre 16 dont le terme s’approche fort, et par conséquent l’avènement du fils de Dieu, pour juger les vivants et les morts, comme celui, qui par le père en a été constitué Juge, parce qu’il n’est point accepteur des personnes : ainsi rendra à chacun selon ce qu’il aura fait, soit bien, soit mal.

.

Juste lamentation des iniques :

Par quoi un chacun pécheur doit bien soupirer, gémir et pleurer, non pas ses afflictions et douleurs corporelles, ainsi la confusion et abomination de ses iniquités : qui nous est un Présage (a raison principalement des exécrables blasphèmes d’hérésies régnantes en leurs cœurs) des plus grandes douleurs et tribulations advenir sur la terre Chrétienne, qui furent vues, depuis la création du monde.

Car l’abomination et désolation du lieu saint, prédite par le Prophète Daniel chapitre 9 est maintenant si grande entre tous les humains, qu’il n’est possible de dire plus.

Donc (comme il est dit) avons tous bien matière de nous contrister et dire ainsi, que les enfants d’Israël au psalmographe chapitre 136.

(Phrase en Latin)

Quomodo cantabitur canticum Domini, in terra aliena.

.

Grand ébahissement des Catholiques pour le règne des méchants :

Or donc est-il possible que les catholiques puissent être plus ébahis qu’ils sont, de voir régner quelle abomination d’hérésies, blasphèmes et déception, en toute sorte d’états : jusqu’ à abolir le Saint sacrifice et très digne oblation du précieux corps de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Veille donc jamais tenir moins compte de l’honneur de celui-ci et de ses Saints, qu’on fait au règne de présent.

Bref je laisse à un chacun penser, combien est grande la confusion des malheureux profuges et bannis de la très sainte religion.

.

Bon avertissement pour faire notre paix envers Dieu :

Toutefois nous ne devons laisser à faire continuellement obsécration à notre Seigneur et le prier pour tels égarés, afin qu’ils se retournent à lui, en attendant la plénitude du temps de notre espérance, qui est la paix entre Dieu et nous.

Pour laquelle obtenir (puisque de présent n’avons autre moyen de faire et parfaire celle-ci) avons besoin de gens de bien pour batailler vertueusement envers Dieu par jeûnes, aumônes et oraison.

Par quoi convertissons nous à notre seigneur Jésus-Christ, chantant de cœur avec notre mère sainte Eglise.

(Phrase en latin)

Da pacem Domine, in diebus nostris, quia non est alius qui pugnet pro nobis, nisi tu Deus noster.

Qui est la chose, pour laquelle je prierai le Lecteur, penser aux susdites choses.

Et assurez-vous que ce n’est pas en vain que je les ai écrites pour les cas que je prévois advenir tant sur l’ami que sur l’ennemi, et de prier Dieu qu’il lui plaise visiter les cœurs de tous princes chrétiens, afin que se reconnaissant être mortels : ils quièrent à servir Dieu et à régir et à gouverner leurs sujets, en bonne police, soit paix, union et concorde.

Car comme dit Saint-Jérôme, ceux que tels se reconnaissent, facilement constamment toutes choses terriennes, (aussi ne sont elles permanentes) ainsi transitoires, comme celles desquelles l’on ne peut jouir sinon du jour à la journée, et encore avec très grand labeur et périls des personnes : comme par expérience se voit journellement pratiqué.

A cette cause peuvent estimer tous guerriers, (comme est dit au premier des Maccabées chapitre 3).

.

Les victoires proviennent de Dieu :

Quand la multitude des hommes n’est donné la victoire, ainsi qu’elle procède de là dessus, ce qu’à la vérité le roi David contredisant au Psaume sien quarante troisième.

(Phrase en latin)

Patres nostri annunciaverunt nobis opus quod operatus es in diebus eorum : in diebus antiquis. Manus tua gentes disperdidit, suplantasti eos : afflixisti populos, expulisti eos. Nec enim in gladio suo possederunt terram : brachium eorum non saluavit eos. Sed dextera tua, brachium tuum, illuminatio vultus tui : quoniam complacuisti in eis.

Ce que reconnaissant être vrai la reine Judith chapitre 5 disait, par tout où sont passés les fidèles, leur Dieu a bataillé pour eux sans arcs, sans flèches, glaives, ni écussons, et on vaincu.

Qui est l’assurance que donnait Moïse aux fils d’Israël, disant au Lévitique chapitre 26,

Si vous cheminez en mes ordonnances, et gardez mes commandements, vous dormirez sûrement, sans que nul vous épouvante, vous poursuivrez vos ennemis et ils tomberont par glaive devant vous : cinq de vous en poursuivront cent et cent de vous en poursuivront mille :

.

Menaces contre ceux qui n’observent les commandements de Dieu :

et au contraire, si n’observez mes commandements, je te ferai servir à ton ennemi, en faim, froid, nudité, et indigence.

Et plus dit au Deutéronome chapitre 28. Tu auras un cœur tremblant, les yeux défaillants, et l’âme consommée de tristesse : et si serez en telle crainte, que mille de vous fuirez à la menasse la menace d’un seul fidèle, et à la menace de cinq fuirez tous.

Ce sont certes les menaces de Dieu, en Isaïe chapitre 30 proposées (pour le regard de la guerre d’aujourd’hui envers Dieu et les hommes) aux transgresseurs de ses divins préceptes : car ainsi que dit Saint Paul aux Romains chapitre 15.

Toutes les choses qui ont été auparavant écrites, sont pour notre doctrine, à fin que par patience et consolation des Ecritures, nous ayons espérance en Dieu : lequel nous supplions affectueusement augmenter ses grâces en nous tous, afin que reconnaissant qu’il est seul Dieu, seul Saint, et seul très haut, et Jésus-Christ son seul Fils être seul Sauveur, avocat et médiateur, puissions tous (par grâce) en fin parvenir au lieu préparé aux siens dès la constitution du monde. Amen.

.

De la fin de la prophétie de la grande mortalité de 1568 :

Finalement nous trouvons pour l’an 1568 par les conjonctions et oppositions des planètes et leurs directions et rétrogradations aux signes proposés en la figure et maison Astrologique, comme à plain déclarerai, pour la dite année selon telle computation au plus près de la vérité, que possible me sera : réservant toutefois le tout susdit et le présent, au vouloir et libéral arbitre de Dieu, lequel (témoin notre Législateur le Prophète Moïse en son Deutéronome chapitres 10 et 23) fait mourir et vivre, de la main duquel nul ne se peut délivrer, comme en Daniel chapitre quatre mais ayant toute-puissance sur les créatures, et qui fait selon sa volonté tant les vertus célestes, qu’es habitants de la terre, et au vouloir duquel nul ne peut résister.

.

Des maladies contagieuses causant la paix :

Or en premier lieu nous donc trouvons, par toute la dite année, les Astres menaçants étrangement les humains, avec un maximum de mortalité, par peste et autres maladies contagieuses, et à plusieurs Médecins inconnues, et en spécial les climats du midi à Septentrion en l’Occident : ce qui sera cause faire trêve, ou paix entre les Monarques, par les guerres du règne : advenant le tout par famine et ire de Dieu des précédentes années.

Je ne dis pas que aucunes fois les maladies et mortalités n’adviennent souvent de la mutation du temps, attendu que le Philosophe en ses Météore dit, que les corps inférieurs sont régis et gouvernés par les supérieurs,

Si ce que ces maladies sont par humeurs cholériques et mélancoliques causées.

Ce donc nous rend certain le Sage en l’Ecclésiastique chapitre trente. Haine et courroux diminuent les jours, et amènent vieillesse : aussi par tristesse plusieurs ont été devant le temps occis. Ce qu’approuvant le Patriarche Job chapitre cinq dit.

.

Des signes d’où viennent les maladies mortelles :

Courroux occit l’homme, et ennuie mène à la mort le convoiteux.

Qui n’est encore tout ce qui peut causer les dites maladies, car c’est le péché et iniquité du peuple.

Pour ceci nous rend témoignage le Prophète EZECHIEL au cinquième chapitre, disant : Tu violes mon sanctuaire en toutes infamies et idolâtries, je n’aurai point pitié de toi : ainsi la tierce partie de toi mourra de peste, et autre misère et calamité.

Et ainsi j’accomplirai ma fureur, et je donnerai repos à mon indignation.

Ce qu’auparavant aussi le Prophète Jérémie dit au chapitre 16. Les iniques et condamnateurs des divins préceptes, mourront par mort de maladies, ils ne seront pas pleurés ni ensevelis : mais seront sur la face de la terre comme fiente.

.

Jugement de la figue céleste :

Lesquelles choses considérés, et rapportées à notre susdite figure et calcul célestes, nous font juger, cette dite année être très dangereuse pour tous les états, pour les diverses et étranges maladies, qui universellement doivent savoir cours.

Et qui plus qu’autres, ont à eux garder sur le Printemps, à cause de la mutation des viandes, sont premièrement les Rois Princes et grands Seigneurs, tant hommes que femme,

.

Du cours des maladies 1568 :

lesquels sont par le Soleil significateur de ceci, menacés de douleur extrême de tête, rhumes, catarrhes, esquinancie, ophtalmie, scotomie, apoplexie, paralysie, hémorragie, phrésie, épilepsie, et autres douleurs provenant de descente des parties supérieures aux inférieures, ensemble de douleurs intolérables inguinales, vessie, et partie honteuses, et gouttes, à cause de sa conjonction avec Vénus au jour de son ingression en Bélier, pour lors possesseur de la huitième maison du Zodiaque domicile de Mars significateur de mort et héritiers.

Ce donc nous certifions Saturne le mélancolique, qui est Occidentale et Septentrionale ascendant à la Lune, en Taureau possesseur du col et de la gorge au dit jour et heure, se trouvant exaltés en la neuvième maison du septième Zodiaque, domicile de Jupiter, dominateur des faces, et le dit Saturne de l’oreille droite, de la rate, vessie, mélancolique, et flegme.

.

Menaces de ces maladies, pour gens de tous âges et états :

Et sont en ce compris les jeunes enfants et autres de moyen âge.

Desquels sera au dit temps grande mortalité ensemble des gens d’Eglise, gens de lettres et viateurs, de quoi nous rend certains le dit Jupiter dominateur du foie, poumon, côtés, cartilages, sang et sperme, joint avec Mercure possesseur de la bouche, langue, mains et jambes, et significateur des écrivains, marchands et voyageurs, menaçant les susdits de privation de vue, a raison des descentes rhumatismales, de douleurs d’estomac, de gouttes froides attétiques, et de grandes douleurs de jambes.

Ce donc nous rend certain Jupiter, au jour du Solstice d’Eté en Poissons, où se trouve lors colloqué en Scorpion, domicile de mort et héritiers, ensemble la conjonction de celui-ci avec la Lune possédant le cerveau de l’homme, l’œil fenêtre, l’estomac, le ventre et les parties honteuses.

Qui me fait juger que cette dite année ne sera passera sans grands Bénéfices vacants, mêmes de ceux qui sont martiaux, vu l’exaltation du dit Jupiter.

Lequel au solstice Automnal se trouve conjoint avec mars, au dit signe des Poissons, pour lors possesseur de la Vierge, maison de servitude, langueur et maladie.

.

Du vrai remède pour guérir toutes infirmités :

Et quant au commun populaire, sont menacés de grandes pauvretés, mêmes de diverses fièvres pestilentielles, morts subites, flux, lienteries et dysenteries, et autres maladies provenant des humeurs mélancoliques.

Et du vrai préservatif de telles infirmités, n’y a sinon que de laisser en spécial les perverse et exécrables abominations d’hérésies, en retournant par-devers Jésus-Christ, lequel ne demande la dite mort de ces créatures : mais leurs amendement, afin qu’elles vivent : car il est la louange des fidèles, et le médecin des Catholiques : ainsi que le certifie le Prophète Royal David, au psaume cent quarante cinq.

Le Seigneur donne la vue aux aveugles, il redresse ceux qui tombent, il guérit ceux qui ont failli dans leur cœur, et il applique les médecines à leurs plaies.

Par ce il me semble convenable admonester le Lecteur, faire à Dieu prière, et à ce qu’il lui plaise, regarder de son œil de pitié, ses élus, et de leur vouloir faire entendre son affection paternelle, qui est de les châtier pour leur amendement advenir, afin que de tout leur cœur ils se convertissent à lui, et convertis reçoivent entière consolation, et soient délivrés de tous maux.

.

Bonne pénétration du Saint-Esprit dans le cœur des Princes :

Et (qui plus est) qu’il lui plaise, visiter par son Saint-Esprit, les cœur de tous Rois, Prince et Seigneurs, tant temporels que spirituels, et singulièrement de notre Très-haut, Très-puissant, et Très-vertueux prince, Charles neuvième par la grâce de Dieu, Roi (de France), très chrétien, et tous ceux de son bon conseil, auxquels il a commis le règne et gouvernement de la justice, afin que reconnaissant en vrai foi Jésus-Christ son fils notre Seigneur, ils cherchent de le servir, et exalter son règne en leur domination, et bien réagir et gouverner ceux sur lesquels ils sont constitués, qui sont les créatures de ses mains et brebis de sa pâture, selon son bon plaisir : à fin que tant ici que par toute la terre, étant maintenus en bonne paix, nous le servions de mieux en mieux, librement, en toute sainteté, et étant délivrés de la crainte des ennemis de vérité, lui puissions rendre louanges immortelles, tant des biens que des maux que justement il nous envoie.

.

Du vrai chemin pour parvenir à la gloire éternelle :

Or donc derechef nous prierons humblement notre Sauveur rédempteur et médiateur Jésus-Christ, qu’il lui plaise de nous tellement illuminer par les susdites années, que ne cheminions en ténèbres de mort éternelle : mais fassions en telle manière, que tout bon et sure témoignage, lui soit fait et rapporté de nous, en ayant si bonne et ferme foi en lui et son Eglise, que nous puissions avoir fruition de la souveraine et indivise Trinité de Paradis, là où nous le verrons et l’adorerons (s’il lui plait) comme vrai fils de Dieu, et Seigneur des Prophètes, Père, Fils et Saint Esprit, un Dieu régnant en trois personnes pour les siècles des siècles.

.

DIZAIN, AU LECTEUR

.

Puisque des corps supérieurs

Sont régis les inférieurs,

Estant subiects à la puissance

Des Astres, et leur influence,

Ne sois mespriseur vicieux,

Des Astres et Signes des Cieux :

Car les Astres ont la regence

D’universelle humaine essence,

Mais Dieu (à qui seul soit l’honneur)

Est des Astres le Gouverneur.

Croire faut.

.

3 – REVELATION ET PROPHETIE DES QUATRE SAISONS : TRADUCTION ET COMMENTAIRES

.

INTRODUCTION :

.

Le texte original est d’une lecture difficile et éprouvante, décidée par NOSTRADAMUS car il y présente des choses si importantes que le style et l’écriture sont volontairement décourageants mais aussi à cause de l’optique d’avoir à traverser les siècles.

Tel était son but et ici vous est proposé un texte parfois remanié dans un français plus contemporain pour une lecture plus facile quitte à trahir parfois mais légèrement l’Auteur.

Mais son but était la perception de son esprit et de ses idées, de le comprendre à l’approche de la fin des temps, de cette fin douloureuse d’un monde sans être, radicalement, la fin du monde mais après les douleurs de l’enfantement d’accéder à l’infini beauté de la naissance du monde nouveau (les commentaires de MICHEL-HENRI sont en caractère gras).

.

Du bon commencement de toutes œuvres envers Dieu :

Si les Anciens et subtiles Philosophes infidèles du passé ont toujours, au commencement de leurs œuvres, invoqué les Dieux d’idolâtrie de leur venir en aide (bénévole Lecteur), et pour plus forte raison : nous, qui sommes illuminés de la Loi de grâce, devons ici, premièrement, appeler la puissance de Dieu le père, la sagesse de Dieu le fils, et la bonté du Saint-Esprit, qui font un seul Dieu, en trois personnes : de qui vient tout bien, et tout don qui est parfait.

Il est celui qui illumine tout homme qui vient en ce monde. Celui qui, des ténèbres, révèle les choses profondes et celles qui sont cachées et les amènent en lumière.

La philosophie de NOSTRADAMUS repose avant tout sur le divin.

L’homme sans Dieu ne peut rien, perçu dans l’unité du ternaire, le père, le fils et le Saint Esprit qui permet de mettre en lumière l’esprit de prophétie et de révéler les choses cachées.

L’homme peut aussi percevoir les signes à travers la création des corps célestes voulus par le divin.

.

D’un seul Dieu et de ses qualités :

Il est donc qu’un seul et vrai Dieu, éternel, sans mesure, non-muable, tout-puissant, Eternel, n’ayant ni fin ni commencement.

Celui qui, par sa puissance et par sa seule volonté, à partir de rien, a créé toutes choses, visibles et invisibles :

.

De l’erreur des Païens Astrologues :

contre l‘erreur des païens astrologues, et par sa sagesse incompréhensible il gouverne toutes choses, et de sa bonté ineffable il les entretient et les conserve, de telle manière, qui n’est rien à son regard, qui arrive par accident, de manière fortuite ou par une destinée fatale : ainsi le tout est conduit par son arbitre et par la Providence, et duquel sont créés le Soleil, la Lune, et toutes les Etoiles :

NOSTRADAMUS redonne à l’astrologie ses lettres de noblesse, dégagée d’une idolâtrie et déification païenne condamnée par les Saintes Ecritures.

L’astrologie est bonne comme la connaissance des mathématiques, des saisons pour les cultures, des espaces et des temps pour bien ordonner les sociétés humaines.

Par la création de l’homme et de la nature, on reconnaît le Maître.

.

Des services humains aux astres :

afin qu’ils nous servent de signes, pour les temps, pour mesurer nos années et nos jours et pour diviser cette lumière des ténèbres :

Cette lumière ne peut que se démarquer des ténèbres, elle est de nature à s’y opposer et elle contribue à percevoir le chemin de l’avenir.

et c’est pour cela (dit Saint-Thomas en Jérémie chapitre 10) que jamais une telle chose est faite pour elle-même, ou pour servir à autre chose que pour la décoration du monde ou pour la gloire et louange de Dieu. Mais le Législateur des juifs, Moïse, voulant ôter cette idolâtrie du cœur des gens, a seulement touché les causes qui viennent au profit des hommes,

.

Des abus des païens aux signes :

et pour qu’ils ne croient pas que le Soleil et les autres corps célestes soient Dieu (ainsi que l’on cru les Païens) mais qu’ils sachent que c’étaient bien des choses crées par Dieu, à l’utilité et services des êtres humains.

Les corps célestes ne sont pas des divinités.

.

Des trois utilités des hommes :

Et en cela, parce que notre vue est dirigée par la lumière, la première vérité est à connaître les choses.

L’homme est créé pour s’élever dans la conscience.

La seconde vérité est, de faire la diversité temporelle, afin que par les divers temps, l’ennui des hommes disparaissait, la santé était préservée, les nécessités de manger et de boire pouvaient croître et fructifier,

Les changements et les transformations sont nécessaires à l’homme pour vivre et grandir.

.

Des quatre saisons de l’année :

ce qu’il n’aurait pas été possible, s’il y avait toujours eu un éternel printemps, ou été, ou automne ou hiver.

NOSTRADAMUS montre la platitude et l’ennui d’une saison fixe et éternelle.

.

De la disposition des choses :

Et en troisième vérité, ils servent pour savoir bien ordonner et disposer les négoces humains : en prévoyant de la disposition du temps à venir, par nos Mathématiques et la vraie Astronomie, soit la paix, ou la guerre, les dissension, accroissements des biens, chertés et mortalité, ou chaleur, froidure, pluie, sérénité et autres choses semblables.

Ces choses que l’on veut, aujourd’hui, ôter de la connaissance des hommes : ce qui nous semble aliéné de raison.

Les saisons permettent d’organiser la vie sociale.

.

De l’abus d’aucuns Astrologues :

Je ne nie pas que certaines personnes, voulant se parer d‘une telle science, sortent du vrai but de celle-ci, et, en plus, pour afficher une gloire vaine: mais selon notre jugement, une telle chose est plutôt connue par ses effets plutôt que par un autre moyen : ainsi que le Prophète, plus que philosophe, Moïse, au commencement de ses cinq Livres, de façon ouverte nous enseigne, faisant son entrée à la création du monde : ce que Saint Paul, docteur des gentils, répond en son Epître aux Romains,

.

De la vertu divine :

que la vertu éternelle de Dieu le créateur est prévue par la création de l’homme.

Et pour cela, nous disons à ce propos, que par son œuvre le maître se connaît tel qu’il est : voyant que par les cieux la souveraine puissance divine est comprise.

NOSTRADAMUS oppose l’astrologie et l’astronomie rationaliste qui a perdu le sens du sacré. L’astrologie témoigne de l’existence de Dieu.

.

L’ignorance des Auteurs :

Et aussi, là où les maldisants diraient que les règles Astrologiques sont imparfaites, cela doit être attribué en tout à l’ignorance de l’Auteur de telle Science, et non aux cieux et œuvres des figures et planètes de Dieu, auquel appartient gloire et honneur incompréhensible, et lequel, par sa haute majesté, donne sa grâce où il lui plait, pour montrer sa bonté et sa puissance immuable,

.

De la pratique de l’advenir par les Signes :

il nous a montré et enseigné ces signes, grâce auxquels sont pratiquées plusieurs choses permettant de voir l’avenir.

C’est la raison pour laquelle nous sommes indignes d’en parler et nous le prierons de faire vérifier nos écrits au vrai chemin de la vérité :

La prophétie réalisée sert de témoignage à la vérité et à l’existence de Dieu.

il a déterminé cette chose avant le commencement du monde.

Et c’est ainsi que dit Saint-Grégoire au chapitre 12 de ses Morales, que toutes les choses qui se font en ce monde, se réalisent par le jugement de ce grand ouvrier Jésus-Christ :

NOSTRADAMUS commence à citer Jésus-Christ alors que dans les quatrains, les sixtains et les présages, dans les lettres et dans les autres textes, NOSTRADAMUS évoque rarement le Seigneur Jésus-Christ.

Cela se comprend car ces textes prophétiques concernent uniquement le temps du XVIème siècle jusqu’au milieu du XXIème siècle.

.

Des formes que doivent advenir à un chacun :

car lui seul, connaissant les choses qui arriveront, a retenu lui-même celles avant la création : où, dès lors, il détermina quelle fortune doit arriver à tout un chacun.

Aussi dès l’heure il voulut étendre ses cieux, (comme on fait avec la peau d’un agneau,) lesquels il mit des lettres écrites, qui sont les Signes et les Planètes.

Et si nous prédisons, à partir de ceci, quelque chose de faux, il nous doit l’être reproché et non à quelqu’un d’autre :

L’homme peut se tromper dans la lecture des signes célestes, il en est seul responsable.

.

De reproche de l’Auteur :

pour ce que, combien que ces corps célestes soient et à ceci disposés, mais, néanmoins, il arrive, dans toutes les époques, plusieurs infortunes qui procèdent de la rotondité du ciel.

NOSTRADAMUS fait une allusion aux mauvais aspects astrologiques.

.

De la création des Astres par notre Seigneur :

Et, pour cela, le créateur du monde (qui est celui qui a créé le Soleil et la Lune) qui a disposé le cours et le mouvement du firmament, en le conduisant tous les jours d’Orient en Occident, comme celui auquel toutes choses créées sont sujettes.

Toute chose est assujettie aux mouvements des astres. « Le Ciel d’en bas est à l’image du Ciel d’en haut »

A cause de cela, c’est une chose naturelle, à la nature humaine, de connaître la vérité par de tels effets : mais (surmontant les œuvres des hommes) on vient par miracle à voir les choses supranaturelles.

L’accès à la connaissance du langage céleste permet de percer le mur infranchissable de l’avenir.

Et, grâce à cela, on comprenait souvent ce qui appartenait à l’avenir, parce que notre Seigneur Dieu les utilise pour manifester la vérité, parlant de la réalité de telles influences.

Dieu parle aux hommes à travers les signes célestes.

Et quant à nous, craignant de nous tromper, nous suivrons nos pères Philosophes anciens, au champs de l’Astrologie, où nous cueillerons les fruits qu’elle produit, par les jugements des conjonctions, oppositions, éclipses, et autres faces célestes, en suivant aussi, à cet égard, le sage dans son livre de Sagesse chapitre 8,

NOSTRADAMUS conseille de se conformer avec humilité à l’Astrologie judiciaire des Anciens.

.

Du don de bien à connaître les choses universelles :

où il est dit, que notre Seigneur Jésus-Christ, a donné la vraie science de cette chose, avec en premier lieu, le savoir, par les astres, de la disposition de l’univers, des vertus élémentaires des temps, changement des nuées, disposition des étoiles, force des vents, et cours annuels : lequel Seigneur Dieu, par sa grâce a fondé la terre, et par sa providence établi les cieux qui les conduit, ainsi que les temps et les âges, et qui transforme les éclairs en pluie, et auquel toutes choses obéissent seulement à Dieu.

Donc les Prophètes ne nous ont admonestés en vain, comme il est écrit dans Saint Matthieu chapitres 2 et 27.

Que, non seulement, il a voulu nous rendre certaine sa nativité par le mouvement des Astres, mais aussi sa mort et sa passion, pour nous les rendre plus admirables.

L’Astrologie est un don divin.

.

La fin des temps et le jugement final :

Aussi par ce même moyen il nous a fait, de son jugement final, une certitude :

Grâce à ces signes, on est convaincu que les temps messianiques sont une certitude.

ce que les Prophètes n’ont pas voulu nous sceller, en disant dans Saint Luc au chapitre 21, dans Joël au chapitre 3, dans Isaïe au chapitre 13 et dans Jérémie au chapitre 23 que, dans les derniers jours, il y aura des signes au Soleil, à la Lune et aux étoiles.

Les signes des temps messianiques seront visibles.

Qui est la raison d’inciter le pécheur à la compassion, en faisant dire à Dieu : convertissez-vous à moi de tout votre cœur en jeûnes, pleurs et regrets et en adhérant, je supplie, chacun d’entre nous, d’y vaquer : car les principes de ces signes nous ont déjà apparus, apparaissent et apparaîtront, comme nous le verrons ci-après.

NOSTRADAMUS nous invite à nous tourner vers la spiritualité, d’autant plus que les signes montrent la proximité des temps messianiques.

Premièrement nous évoquerons de l’effet de notre ascendant et le calcul de l’année 1566 de laquelle nous trouvons les astres qui nous menacent de grandes merveilles, non seulement celle-ci :

L’année 1566 marque le début des grands changements qui aboutissent à la révélation de grandes merveilles après les douleurs de l’enfantement :

mais aussi les années 67 et 68 comme effusion de sang, d’oppressions, viols de filles, vols et autres telles inhumanités, procédant de la guerre, régnantes plus que devant ou aura déjà été fait grand escarmouche, procédant de la conjonction du 15 Février au 1er Août de l’an passé 65, de Saturne à Vénus, à l’opposition de Mars, de substance colloquée au signe du Lion.

Les effets prendront sur le commencement du Soleil Estival, poursuivant toujours leur force et vigueur jusqu’en l’année de grande mortalité 1568

NOSTRADAMUS rapporte quatre années dramatiques et particulièrement les trois dernières, de 1566 à 1568, juxtaposées au discours des temps messianiques.

.

Des grandes molestations du genre humain :

au grand détriment tant des nobles, d’une part, et, d’autre part, que des marchands, du pauvre et désolé peuple qui, plus que tout autre, sera fortement molesté :

Toutes les couches sociales seront atteintes.

car outre (les dites saisons), les pillages et mangeries ordinaires, plus tyranniques qu’humaines, seront, sur ces peuples, violemment exécutées : par lesquelles, de jour en jour, ils seront accablés et grandement persécutés, dérobés, battus et pillés : qui est contre la divine ordonnance en Saint Luc chapitre 3 et vouloir du Prince.

Ce dont nous rend un témoignage évident, non seulement Mars le belliqueux, pour ce temps là, significateur d’effusion de sang : mais aussi par la conjonction avec Saturne le mélancolique, seigneur d’oppression, de larcin, de pillage et de destruction.

Ce qui nous permet d’argumenter encore quelque nouveau schisme de l’Eglise, revenant ainsi sur les années 1561 et 62 avec la ruine de plusieurs temples et monastères et la spoliation de leurs biens temporels.

La religion, les ecclésiastiques et les biens temporels ne seront pas épargnés.

.

Apparition de grands signes et très horribles :

Mais avant que ceci se produise, on verra plusieurs signes les années auparavant, des comètes, tremblement de terre, déluge, foudre, tempêtes, et les déchainements les plus horribles qu’on ne vit depuis les cent dernières années.

Ce qui sera aussi démontré par l’Eclipse de Lune du 28 octobre 1566 à quatre heures 38 minutes après midi, fort noire par l’espace de trois heures 42 minutes 17 points de la queue du Dragon et à 11 degrés du Taureau.

Et encore une autre, l’année sécante 1567.

Et aussi le 17 Octobre, avant midi, elle durera trois heures  en totalité: ou environ, et commençant sur les deux heures, un peu seulement couverte du bas de la face.

.

Eclipse du Soleil 1566 et 1567 :

De manière semblable comme il a été démontré auparavant, une autre éclipse de Soleil sera vue, le huitième d’Avril de la dite année, le Soleil entrant alors en Occident, avec une longue et grande obscurité à16 degrés du Bélier, et 56 minutes, par 2 heures 8 minutes 10 points

.

Des signes épouvantables de l’an 1566 :

qui seront notées vers les principales régions de la Chrétienté, et cette éclipse démontre par des signes merveilleux, signifiant la considération entre Jésus-Christ et les hommes, en quoi il apportera aux prudents capitaines Chrétiens ce dont ils ont besoin, et qu’on pouvait comprendre là qu’il y avait l’aide de la divine contemplation céleste :

Le Soleil avec sa lumière est un grand symbole du christianisme.

NOSTRADAMUS souligne l’attention et la compassion de Jésus- Christ pour son peuple.

On comprend qu’il ne faudra pas apaiser Dieu par les armes mais par les prières et les observations des règles, comme ont pu le faire ceux du passé à Ninive.

Là est soulignée l’mportance des prières et de l’observation des consignes divines.

.

Agressivité de Mars :

Cependant Mars, par son mauvais aspect, regardera Jupiter qui en sera opprimé, et il portera plusieurs trahisons dans son cœur, envers les principaux prélats de l’Eglise,

Jupiter représente les prélats, les dignitaires, les princes et la religion qui seront touchés par le mauvais aspect de Mars.

Contre lesquels on ne trouvera personne, parmi leurs adversaires, un prince et de grands seigneurs habillés de vêtements fourrés de peaux d’agneaux mais au contraire de peau de loup :

Les ennemis sont sauvages comme des loups.

mais de pas à pas (comme les précédentes années viendront) le très chrétien, le catholique, et l’aigle romain, que lesquels, nourriront le feu au cœur de l’épouse de Jésus-Christ,

Il s’agit de l’Eglise Catholique Romaine.

car en ce temps là aussi plusieurs ennemis de l’Église catholique et romaine né sans aucune honte et s’ouvrant au droit de détruire, (ainsi que devant) les lieux saints, ils en occuperont les biens, tant en l’état régulier que séculier, au préjudice et lors accordé par-ci devant au concile général :

NOSTRADAMUS évoque la destruction de Rome et l’occupation des lieux Saints en Israël.

et ceci sera la cause de beaucoup d’opprobre et calamités aux humains, car la guerre se renforcera de plus belle, tant pour la religion que pour les autres.

La guerre n’épargnera rien.

Sur quoi, aux environs de l’équinoxe d’Automne, que ce soit une forteresse, des châteaux, des villes, des cités ou des camps seront menacés quant à leur approvisionnement (par Mars lors de la conjonction, au temps de Vénus, au Soleil, dans le signe du Bélier au jour et heure, possesseurs du signe du Scorpion qui est le lieu d’exaltation de Mars)

.

Présages des grandes surprises des adversaires :

certains grands personnages, Prince et Seigneurs de tous états, seront surpris par l’ennemi, et ce ne sera pas qu’une petite conséquence, car Saturne responsable de trahison, inscrit l’ordre de paiement au signe des Gémeaux correspondant à la maison 6, le lieu d’exaltation de Mercure, promettant le massacre d’un grand Monarque ou de l’emprisonnement,

NOSTRADAMUS nous donne à envisager le rôle désastreux de l’Antéchrist.

nous donne à entendre, que si la paix ne nous est pas là-dessus concédée (laquelle je ne crois point encore pouvoir advenir, pour l’indisposition des méchants et selon les ennemis de l’Église chrétienne et d’équité) que pour tels moyens qui sont proposés par les Astres causent de tels maux infinis qu’il n’est pas possible de les révéler.

Toutefois je me demande si je ferai bien de l’affirmer l’année 1562 et l’année 1563.

Les premiers signes de cette guerre universelle commenceront à se manifester dès les années 1562 et 1563.

.

Menaces très périlleuses et signes de très grandes afflictions :

Et celle de 1567 que …, que tant de veuves et orphelins ne furent si universellement vus en toute l’Europe, Asie et Afrique tant par le moyen de cette guerre, que mortalités, qui me fait conclure les susdites années, des afflictions, dont est fait mention au livre des Révélations de Saint-Jean ex de son Apocalypse chapitre 16 dont le terme s’approche fort, et par conséquent l’avènement du fils de Dieu, pour juger les vivants et les morts, comme celui, qui par le père en a été constitué Juge, parce qu’il n’est point accepteur des personnes : ainsi rendra à chacun selon ce qu’il aura fait, soit bien, soit mal.

Dans ce chapitre NOSTRADAMUS associe 1567 avec une guerre universelle qui touche particulièrement toute l’Europe, l’Asie et l’Afrique, en proximité de la Révélation de Saint-Jean et de l’Apocalypse, de l’avènement du temps messianique, de la Parousie du Christ et du jugement dernier.

On commence à bien percevoir que ces années 1565 à 1568 ne sont pas celles de la chronologie chrétienne mais une durée qui se termine à la fin des temps, conforme à l’Apocalypse, après la guerre universelle d’Armaguédon.

Cette période correspond à la sentence finale de la prophétie des Papes de Saint Malachie qui a commencé dès l’élection du Pape François.

.

Juste lamentation des iniques :

A cause de cela, chaque pécheur doit bien soupirer, gémir et pleurer, non pas en raison de ses afflictions et de ses douleurs corporelles mais par la confusion et l’abomination de ses iniquités :

Il est plus important de se préoccuper de nos injustices que de nos douleurs physiques.

et l’on tient comme Présage (en raison, principalement, des exécrables blasphèmes d’hérésies régnantes en leurs cœurs) les plus grandes douleurs et tribulations de l’avenir qui furent vues sur la terre Chrétienne, depuis la création du monde.

Car l’abomination et désolation du lieu saint, prédite par le Prophète Daniel dans le chapitre 9 est maintenant si grande entre tous les humains, qu’il n’est pas possible d’en dire plus.

Confirmation de l’atteinte des Lieux Saints.

Donc (comme il est dit) nous avons tous bien matière de nous contrister et dire ainsi, que les enfants d’Israël au psalmiste chapitre 136.

(Phrase en latin)

Quomodo cantabitur canticum Domini, in terra aliena.

.

Grand ébahissement des Catholiques pour le règne des méchants :

Or, donc est-il possible que les catholiques puissent être plus ébahis qu’ils sont, de voir régner une telle abomination d’hérésies, de blasphèmes et de déception, en toute sorte d’états :

Les catholiques seront surpris par l’intensité de cette guerre de religion.

jusqu’ à abolir le Saint sacrifice et la très digne oblation du précieux corps de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Veille donc de ne jamais tenir moins compte de l’honneur de celui-ci et de ses Saints, qu’on fait au règne à présent.

NOSTRADAMUS conseille l’observance du rituel de la Messe et de la Communion de la Sainte Eucharistie.

Bref, je laisse à chacun d’imaginer combien est grande la confusion des malheureux fugitifs et bannis de la très sainte religion.

NOSTRADAMUS formule qu’en « dehors de la religion chrétienne, point de salut ».

.

Bon avertissement pour faire notre paix envers Dieu :

Toutefois nous ne devons pas cesser de faire de continuelles obsécrations à notre Seigneur et le prier pour de tels égarés, afin qu’ils se reviennent à lui, en attendant la plénitude du temps de notre espérance, qui est la paix entre Dieu et nous.

NOSTRADAMUS la prière pour les égarés et il fait une allusion au règne des Mille ans qui marque la paix entre Dieu et les hommes évoqué dans l’Apocalypse, le temps de la Révélation et la Parousie du Christ.

Pour l’obtenir (puisque actuellement nous n’avons aucun autre moyen de faire et parfaire celle-ci) nous avons besoin de gens de bien pour batailler vertueusement envers Dieu par des jeûnes, des aumônes et des oraisons.

Par quoi, convertissons-nous à notre seigneur Jésus-Christ, en chantant en cœur avec notre sainte mère Eglise.

NOSTRADAMUS souligne l’importance de l’observance des préceptes religieux et de la pratique, les non-pratiquants ne semblent pas satisfaire les conditions évoquées.

(Phrase en latin)

Da pacem Domine, in diebus nostris, quia non est alius qui pugnet pro nobis, nisi tu Deus noster.

C’est à cela que je prierai le Lecteur de penser.

Et assurez-vous que ce n’est pas en vain que je les ai écrites pour les cas que je prévois dans l’avenir tant sur l’ami que sur l’ennemi, et de prier Dieu qu’il lui plaise visiter les cœurs de tous les princes chrétiens, afin qu’ils reconnaissent qu’ils sont mortels :

NOSTRADAMUS espère que ses écrits et ses conseils ne resteront pas vains, il nous incline à y réfléchir, de ne pas oublier que nous sommes mortels et qu’il vaut mieux veiller à poursuivre les valeurs spirituelles qui conduisent à l’éternité.

ils cherchent à servir Dieu et à régir et à gouverner leurs sujets, en bonne police, en paix, en union et concorde.

Car comme dit Saint-Jérôme, ceux qui se reconnaissent comme tels facilement car constamment toutes les choses terriennes, (qui ne sont pas permanentes) sont transitoires, comme celles desquelles l’on ne peut jouir sinon du jour à la journée, et encore avec un très grand labeur et des périls pour les personnes :

Les valeurs matérielles sont passagères, transitoires et souvent acquises après beaucoup d’efforts.

comme par expérience on peut le voit pratiqué journellement. A cette cause on peut estimer tous les guerriers, (comme il est dit au début du chapitre 3 des Maccabées).

.

Les victoires proviennent de Dieu :

Quand, à la multitude des hommes n’est pas donnée la victoire, ainsi qu’elle procède de la dessus, ce qu’à la vérité le roi David contredisant dans son quarante troisième Psaume.

(Phrase en latin)

Patres nostri annunciaverunt nobis opus quod operatus es in diebus eorum : in diebus antiquis. Manus tua gentes disperdidit, suplantasti eos : afflixisti populos, expulisti eos. Nec enim in gladio suo possederunt terram : brachium eorum non saluavit eos. Sed dextera tua, brachium tuum, illuminatio vultus tui : quoniam complacuisti in eis.

On peut reconnaître que c’est vrai quand la reine Judith au chapitre 5 disait, par tout où sont passés les fidèles, leur Dieu a bataillé pour eux sans arcs, sans flèches, ni glaives, ni écussons, et ils ont vaincu.

C’est cette assurance que donnait Moïse aux fils d’Israël, en disant au chapitre 26 du Lévitique, si vous cheminez en mes ordonnances, et si vous gardez mes commandements, vous dormirez sûrement, sans que nul vous épouvante, vous poursuivrez vos ennemis et ils tomberont devant vous  par le glaive: cinq de vous en poursuivront cent et cent de vous en poursuivront mille :

Dieu permet de gagner les batailles et les guerres pour ceux qui suivent les préceptes divins par le respect de la loi d’alliance entre Dieu et les hommes.

.

Menaces contre ceux qui n’observent les commandements de Dieu :

Et, au contraire, si vous n’observez pas mes commandements, je te ferai servir à ton ennemi, en faim, froid, nudité, et indigence.

Et il en est dit davantage au chapitre 28 du Deutéronome.

Tu auras un cœur tremblant, les yeux défaillants, et l’âme consommée de tristesse : et si vous serez dans cette crainte, que mille de vous fuirez à la menasse par la menace d’un seul fidèle, et à la menace de cinq vous fuirez tous.

Ce sont certes les menaces de Dieu qui sont proposées, dans Isaïe au chapitre 30 (pour le regard de la guerre d’aujourd’hui envers Dieu et les hommes) aux transgresseurs de ses divins préceptes : car ainsi que dit Saint Paul aux Romains au chapitre 15.

Par le non respect de la loi d’alliance l’homme se retire de la protection divine.

Toutes les choses qui ont été auparavant écrites, sont pour notre doctrine, à fin que par la patience et la consolation des Ecritures, nous ayons l’espérance en Dieu :

Il faut avoir confiance en Dieu.

lequel nous le supplions affectueusement d’augmenter ses grâces en nous tous, afin que reconnaissant qu’il est seul Dieu, seul Saint, et seul très haut, et Jésus-Christ son seul Fils être seul Sauveur, avocat et médiateur, puissions tous (par grâce), à la fin, parvenir au lieu préparé aux siens dès la constitution du monde. Amen.

NOSTRADAMUS est clair sur la filiation divine de Jésus-Christ, sur son rôle de défenseur de l’humanité et d’une destinée paradisiaque prévue, dès la création du monde, à la fin des temps apocalyptiques.

.

De la fin de la prophétie de la grande mortalité de 1568 :

Finalement nous trouvons pour l’an 1568

« Finalement » indique la dernière année évoquée sur laquelle il va insister.

par les conjonctions et oppositions des planètes et leurs directions et rétrogradations aux signes proposés en la figure et maison Astrologique,

L’Astrologie vient confirmer par ses aspects ce que NOSTRADAMUS va prédire.

comme je déclarerai complètement, pour cette année 1568, avec une estimation la plus proche de la vérité qui me sera possible d’exprimer : réservant toutefois ce qui a déjà été dit et le présent, au bon vouloir et libre arbitre de Dieu, lequel (témoin notre Législateur le Prophète Moïse en son Deutéronome chapitres 10 et 23) fait mourir et vivre, et de sa main nul ne peut s’en délivrer, comme il est dit dans Daniel, chapitre quatre, mais en ayant toute-puissance sur les créatures, et qui fait que , selon sa volonté, manifestée par les vertus célestes, les habitants de la terre, et son vouloir personne ne peut résister.

On ne peut pas échapper aux décisions célestes révélées par les Cieux.

.

Des maladies contagieuses causant la paix :

Or, en premier lieu, nous trouvons donc, par toute la dite année 1568, les Astres menaçants étrangement les humains, avec un maximum de mortalité, par peste et autres maladies contagieuses, et à plusieurs Médecins inconnues, et en spécial les climats du midi à Septentrion en l’Occident : ce qui sera cause faire trêve, ou paix entre les Monarques, par les guerres du règne : advenant le tout par famine et ire de Dieu des précédentes années.

Toujours pour cette année finale de 1568, NOSTRADAMUS prédit une très grande mortalité, des maladies contagieuses et de la famine si intenses au point d’empêcher les combats entre les hommes.

Je ne dis pas que, certaines fois, les maladies et les mortalités n’arrivent souvent par les changements de temps, attendu que le Philosophe en ses Météore dit que les corps inférieurs sont régis et gouvernés par les corps supérieurs,

Le Ciel d’en bas est gouverné par le Ciel d’en haut. Les corps célestes indiquent les directions prises par les hommes.

lorsque ces maladies sont causées par les humeurs cholériques et mélancoliques.

Ce donc nous rend certain le Sage en l’Ecclésiastique chapitre trente.

La haine et le courroux diminuent les jours et provoquent un vieillissement précoce : mais aussi par la tristesse car plusieurs personnes ont été tuées avant l’heure.

En approuvant ce que dit le Patriarche Job au chapitre cinq que

.

Des signes d’où viennent les maladies mortelles :

le courroux tue l’homme, et l’ennuie mène à la mort celui qui la convoite et ce n’est pas encore tout ce qui peut causer ces maladies, mais le péché et l’iniquité du peuple.

Les mauvais sentiments et comportements sont néfastes pour les hommes et responsables des maladies mais, davantage, c’est surtout le péché et l’injustice.

Pour ceci le Prophète EZECHIEL au cinquième chapitre nous en rend témoignage en disant : tu violes mon sanctuaire en toutes infamies et idolâtries, je n’aurai point pitié de toi : ainsi la tierce partie de toi mourra de peste, ou d’une autre misère et de calamité.

Et ainsi j’accomplirai ma fureur et je donnerai alors le repos à mon indignation.

Ce qu’auparavant le Prophète Jérémie a dit aussi au chapitre 16 que les iniques et condamnateurs des préceptes divins mourront et leurs morts seront dues aux maladies, et ils ne seront ni pleurés ni ensevelis mais ils seront sur la face de la terre comme de la fiente.

L’homme est responsable des conséquences de ses comportements, individuellement tout autant que collectivement.

La société doit être à l’image de l’homme et de sa nature, en conformité à l’acte posé par le Créateur, de sa croissance céleste infinie et dans le cas contraire, il se retire de son statut et de la protection céleste pour ne laisser persister que sa dimension matérielle et physique, finie et périssable.

.

Jugement de la figue céleste :

Ces choses là étant considérées et rapportées à notre figure décrite et aux calculs célestes, elles nous font juger que cette année 1568 sera très dangereuse pour tous les états, pour les diverses et étranges maladies, qui, universellement, doivent avoir cours.

Et qui, davantage que d’autres, ont à eux garder sur le Printemps, à cause de la mutation des viandes, sont d’abord les Rois, les Princes et les grands Seigneurs, autant les hommes que les femmes,

NOSTRADAMUS dénonce la très grande dangerosité de l’année 1568.

.

Du cours des maladies 1568 :

NOSTRADAMUS fait une liste des maladies liées aux significateurs célestes, les luminaires, le Soleil et la Lune, et des cinq planètes, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne et Mercure dans les paragraphes suivants :

lesquels sont par :

-le Soleil significateur de ceci, menacés de douleur extrême de tête, rhumes, catarrhes, esquinancie, ophtalmie, scotomes, apoplexie, paralysie, hémorragie, phrésie, épilepsie, et autres douleurs provenant de descente des parties supérieures aux inférieures, ensemble de douleurs intolérables inguinales, vessie, et partie honteuses, et gouttes, à cause de sa conjonction avec

-Vénus au jour de son ingression en Bélier, pour lors possesseur de la huitième maison du Zodiaque

-domicile de Mars significateur de mort et héritiers.

-Ce donc nous certifions Saturne le mélancolique, qui est Occidental et Septentrional ascendant à la Lune, en Taureau possesseur du col et de la gorge au dit jour et heure, se trouvant exaltés en la neuvième maison du septième Zodiaque,

-domicile de Jupiter, dominateur des faces,

-et Saturne, de l’oreille droite, de la rate, vessie, mélancolique, et flegme.

.

Menaces de ces maladies, pour gens de tous âges et états :

Et là aussi sont compris les jeunes enfants et autres de moyen âge avec lesquels il sera dit dans ce temps une grande mortalité des gens d’Eglise, des gens de lettres et des voyageurs, qui dépendent de Jupiter, dominateur du foie, du poumon, des côtés, des cartilages, du sang et du sperme,

-joint avec Mercure possesseur de la bouche, de la langue, des mains et des jambes, et significateur des écrivains, des marchands et des voyageurs, les menaçant de privation de vue, en raison des descentes rhumatiques, de douleurs d’estomac, de gouttes froides attétiques, et de grandes douleurs de jambes.

Ce qu’alors nous rend certain Jupiter, au jour du Solstice d’Eté en Poissons, où il se trouve colloqué en Scorpion, domicile de mort et héritiers, en conjonction avec la Lune qui a la maitrise sur le cerveau de l’homme, l’œil fenêtre, l’estomac, le ventre et les parties honteuses.

Ce qui me fait juger que cette année 1568 ne sera passera sans grands Bénéfices vacants, mêmes pour ceux qui sont martiaux, vu l’exaltation de Jupiter qui, au solstice Automnal, se trouve conjoint avec Mars, au signe des Poissons, à ce moment-là possesseur de la Vierge, maison de servitude, de langueur et de maladie.

.

Du vrai remède pour guérir toutes infirmités :

Et quant aux gens du peuple, ils sont menacés de grandes pauvretés, et mêmes de diverses fièvres pestilentielles, de morts subites, de flux, de diarrhées et dysenteries, et autres maladies provenant des humeurs mélancoliques.

Et de la vraie manière de se préserver de telles infirmités, il y a, au lieu de laisser faire particulièrement les perverses et exécrables abominations d’hérésies, de retourner vers Jésus-Christ,

Le remède aux maladies est Jésus-Christ.

Il développe ensuite la confiance et l’espérance en Dieu.

Seule la spiritualité peut sauver l’homme.

lequel ne demande pas la mort de ses créatures mais leurs amendements afin qu’elles vivent : car il est la louange des fidèles et le médecin des Catholiques : ainsi que le certifie le Prophète Royal David, au psaume cent quarante cinq que le Seigneur donne la vue aux aveugles, il redresse ceux qui tombent, il guérit ceux qui ont failli dans leur cœur, et il applique les médecines à leurs plaies.

Pour cela, il me semble convenable d’admonester le Lecteur, de prier à Dieu, et de lui plaire de regarder ses élus de son œil de pitié et de vouloir leurs faire entendre son affection paternelle, qui est de les châtier pour leur amendement advenir, afin que de tout leur cœur ils se convertissent à lui, et que, convertis, ils reçoivent une entière consolation et qu’ils soient délivrés de tous maux.

La délivrance de tous les maux est en Dieu.

.

Bonne pénétration du Saint-Esprit dans le cœur des Princes :

Et (qui plus est) qu’il lui plaise, de visiter par son Saint-Esprit, les cœur de tous Rois, Prince et Seigneurs, tant temporels que spirituels, et singulièrement de notre Très-haut, Très-puissant, et Très-vertueux prince, Charles neuvième par la grâce de Dieu, Roi (de France), très chrétien, et tous ceux de son bon conseil, auxquels il a commis le règne et le gouvernement de la justice, afin qu’ils se reconnaissent dans la vraie foi de Jésus-Christ, son fils, notre Seigneur, qu’ils cherchent de le servir et d’exalter son règne en leur domination, et bien réagir et gouverner ceux sur lesquels ils sont constitués, qui sont les créatures de ses mains et les brebis de sa pâture, selon son bon plaisir : à fin que, tant ici que par toute la terre, étant maintenus en bonne paix, nous le servions de mieux en mieux, librement, en toute sainteté, et étant délivrés de la crainte des ennemis de la vérité, nous puissions lui rendre des louanges immortelles, tant pour les biens que pour les maux que justement il nous envoie.

La vraie foi en Jésus-Christ permet aux gouvernants d’être dans la justice et sous protection divine tel qu’il est dit pour la France que le roi est le lieutenant du Christ et Evêque de l’Extérieur pour signifier sa personne sacrée.

.

Du vrai chemin pour parvenir à la gloire éternelle :

Or donc, encore, nous prierons humblement notre Sauveur rédempteur et médiateur Jésus-Christ qu’il lui plaise de tellement nous illuminer par ces années surtout de 1566 à 1568

NOSTRADAMUS insiste sur l’importance de suivre le chemin de Jésus-Christ afin d’éviter les grands troubles de ces années

que nous ne cheminions pas dans les ténèbres de la mort éternelle :

et pour ne pas entrer dans la voie de l’enfer éternel.

Mais que nous fassions de telle manière, que par un tout bon et sûr témoignage, lui soit fait et que nous lui rapportions, en ayant si bonne et ferme foi en lui et son Eglise, que nous puissions avoir le fruit de la souveraine et indivise Trinité de Paradis, là où nous le verrons et l’adorerons (s’il lui plait) comme vrai fils de Dieu, et Seigneur des Prophètes, Père, Fils et Saint Esprit, un Dieu régnant en trois personnes pour les siècles des siècles.

Comme il a commencé ce texte, NOSTRADAMUS finit sur la Trinité, les trois personnes divines dans l’unité, et l’éternité avec l’espérance du Paradis.

.

4 – REVELATION ET PROPHETIE DES QUATRE SAISONS : CONCLUSION

.

Souvenons-nous du quatrième vers du célèbre quatrain X.72 :

« Avant après Mars régner par bon heur. »

qui évoque un long et merveilleux règne du Grand Monarque, situé entre les deux guerres des temps apocalyptiques qui ont commencé, d’après la prophétie des Papes de Saint Malachie, avec l’élection du Pape François, la guerre saturnienne dont le début pourrait commencer fin 2022 et celle d’Armaguédon, ces deux guerres marquent le début et la fin de son règne.

Ces temps apocalyptiques sont loin de n’être que des temps de désastres et de malheurs, ils sont ceux de la Révélation et de l’Occident chrétien qui va retrouver son rôle de lumière pour chacun d’entre nous et pour éclairer toute la terre jusqu’aux moments où les forces du mal tenterons une ultime fois de se manifester.

A la lumière de cette difficile et rébarbative lecture de la « PROPHETIE OU REVOLUTION, merveilleuse, des quatre saisons de l’an, et apparition des grands et très horribles Signes, Comètes, Etoiles, et tremblement de terre qui pourront advenir depuis l’an présent jusqu‘en l’an de grande mortalité 1568 », il est temps de comprendre la signification de ces trois années 1566 à 1568.

Nous savons déjà qu’elles concernent une étendue de temps avec la chute en 1568.

Le début remonte à 1568 ans auparavant.

Nous n’ignorons pas aussi que NOSTRADAMUS centre ses prophéties sur la France dont l’existence remonte à Clovis et au royaume des Francs dont le début est fixé en 481.

Ces trois terribles années 1566 à 1568 sont évoquées en proximité des temps Apocalyptiques de Saint Jean avec son terme, la guerre d’Armaguédon.

Après trois années de cette guerre universelle, et les vingt-sept ans révélés par ailleurs, ce terme se fixera 1568 ans après le début du royaume des Francs en 481, pour aboutir à l’année 2049 qui verra la fin des temps de l’Apocalypse et la grande Révélation finale de la Parousie du Christ.

.

.

révélation et prophétie des quatre saisons Nostradamus MICHEL-HENRI

.

DIZAIN, AU LECTEUR

.

Traduction

Puisque depuis les corps célestes supérieurs

Sont régis les corps terrestres inférieurs,

En étant sujets à la puissance

Des Astres, et de leur influence,

Ne sois pas un méprisant vicieux

Des Astres et Signes des Cieux :

Car les Astres ont la régence

De l’universelle essence humaine,

Mais à Dieu (à qui seul soit l’honneur)

Car il est des Astres le Gouverneur.

Croire, il faut.

.

FICHIER A TELECHARGER

TRADUCTION DE LA REVELATION ET PROPHETIE DES 4 SAISONS

.

LIENS :

PHILOSOPHIE CONCLUSION

SPIRITUALITE ET RELIGION CHRETIENNE

CRISE ECONOMIQUE

.

EN VOUS SOUHAITANT LONGUE VIE EN BONNE ET PROSPERE FELICITE.

 

MICHEL-HENRI.

.

LIENS FB/TWITTER :

https://www.facebook.com/profile.php?id=100077299030954

https://www.facebook.com/La-Loy-Du-Soleil-102458275681163

https://twitter.com/MICHELHENRINDD

.

Cet article a 4 commentaires

  1. Fabio

    Bonjour Mr Michel Henry,

    Vous nous aviez promis une révélation et bien vous n’aviez pas menti ! Et quelle révélation ! Je comprend bien maintenant le temps dans lequel nous nous inscrivons. Cela conforte un sentiment que j’ai toujours éprouvé de vivre à une époque charnière. Je n’imaginais pas à ce point ! Quelle gratitude d’en être un acteur aussi modeste que le suis-je. Surtout, qu’elle gratitude envers vous et Nostradamus pour nous éclairer sur la responsabilité qu’est la nôtre et le chemin à suivre dans cette période apocalyptique. 2049 correspond à la fin du cycle Saturnien transmis par David Anrias (2053), Prophétie des Papes, Apocalypse de Saint-Jean et certainement bien d’autres, tout nous a été lègue au fil des générations sans que l’on puisse (pour les profanes comme moi) en mesurer vraiment leur réalité, le dessein (le Plan) guidé et le sentier que l’on a à parcourir afin de relier le Divin (en nous, dans le Ciel et sur la Terre). Je suis ému, merci pour votre don inestimable qui remet notre échiquier en place loin des illusions et des affres de notre quotidien de terrien déconnecté de tout excepté du numérique, du matériel, de la mEGalOmanie et de l’ignorance…
    Je souhaite être à la hauteur et j’en fais ici le serment, le voeu de m’y employer du mieux que je le pourrais.

    Chaleureusement,

    Fabio

    1. MICHEL-HENRI

      Merci pour l’immense intérêt que vous portez à NOSTRADAMUS et que vous arrivez à passer outre la difficulté à appréhender la lecture ardue du texte original du texte des quatre saisons qui cache bien l’immense révélation de son contenu.
      Effectivement nous sommes entrés dans les temps apocalyptique depuis l’élection du Pape François et la première période critique vient de commencer avec l’affaire de l’Ukraine dont il faut bien mesurer les inexorables conséquences qui ne manqueront malheureusement pas de se produire. Au regard de ces conséquences NOSTRADAMUS conseillait un dialogue et une compréhension des désidératas de chaque partie car ce que POUTINE, personnage psychorigide, n’aura pas acquis par la paix et, selon ses annonces, il le prendra de toute façon par la force qui conduira à une très grande crise économique à partir d’avril et conduira à un désastre pour toute l’Europe en fin d’année. Le prix à payer est beaucoup trop cher. Il serait plus prudent d’envisager les conséquences et de prendre à la lettre les menaces nucléaires à l’égard de l’Europe. Les entêtements des uns et des autres
      Sixtain S.16 : « Sangsue & loup en mon dire n’escoutte »
      et les bonnes ou mauvaises raisons défendues de part et d’autre ne favorisent pas un dialogue constructif alors il vaudrait mieux de ne pas prendre à la légère les conséquences les plus ignobles qui en découleront pour éviter le génocide qui s’abattra sur toute l’Europe. Le prix d’une conciliation serait beaucoup plus judicieux d’autant plus que la guerre a commencé à être engagée. Elle n’est qu’une répétition d’un scénario beaucoup plus large qui s’engagera bientôt. La ruse du président russe
      Présage P.11 : « La mer s’appreste. Annibal fait ses ruses. »
      consiste à jauger les réactions du monde entier, en particulier occidental, et à faire croire à un enlisement et une difficulté à envahir l’Ukraine et à l’impossibilité d’étendre le conflit à toute l’Europe avec en plus la certitude que les USA, même dans le cadre de l’OTAN, n’interviendront pas, tout au moins dès le début. Cependant, il faudra des facteurs supplémentaires d’aggravation de la situation pour qu’elle dégénère davantage après les sanctions économiques, les intempéries estivales (sécheresse et canicule, famine, épidémie animale) et les troubles en Perse.
      Dans deux situations différentes, la première avec les USA qui n’ont pas voulu de missiles implantés près de leurs frontières, à Cuba, et, la deuxième, celle des russes qui n’en veulent pas davantage en Ukraine, mais ceci n’excuse en aucune manière le déclenchement d’une guerre. Dans ces attitudes psychorigides, NOSTRADAMUS accuse autant POUTINE que le président de l’Ukraine et les responsables politiques occidentaux mais aussi les peuples pour leurs iniquités et leurs penchants pour la construction de sociétés matérialistes de consommation, de loisirs et de plaisirs et surtout de l’abandon de la spiritualité, avec, en toile de fond, la perte de nos racines chrétiennes, initialisée par les révolutions, française et scientifique, et de la légitimité du pouvoir de l’homme par l’homme.
      Après cela, la miséricorde céleste, dans sa bonté, nous accordera le retour du Soleil, d’abord par le Grand Monarque et, à la fin ultime des temps apocalyptiques, par la Parousie du Christ.
      Bien cordialement
      MICHEL-HENRI

  2. Fabiopisan0

    Merci beaucoup de votre réponse.
    Sans votre traduction et vos commentaires cela restera inaccessible pour moi, je dois le dire.

    L’élection du Pape François était en 2013, les Mayas annonçait la fin de quelque chose (ou le début) d’une autre en 2012, c’est en lien ?

    Lorsque vous évoqué les racines chrétiennes à quoi faites-vous référence ? L’enseignement du Christ, le Christianisme et ses principales branches ? J’ai toujours du mal à discerner entre l’héritage du message Christique au travers de la religion Chrétienne et en même temps sa perversion, manipulation à cet égard. A ce propos, les messages de la Vierge Marie à propos de la Consécration de la Russie s’inscrivent dans ce scénario à venir ? Ils pointaient principalement du doigt la Russie et le communisme il me semble mais comme vous dites, l’Occident est tout aussi coupable je trouve, notamment à la vue des dernières décennies et nombre de guerres faites aux 4 coins du monde pour la soi disante sacrosainte démocratie. La poursuite d’une réponse à l’avènement du communisme au début XIXe ? Chacune de ces visions (occident vs russie-chine) tentant d’emporter le monde dans sa dictature respective mais chacune au détriment de l’Homme, la Nature et niant le Divin ?

    Si je me souviens bien, vous parliez dans un article d’un temps de Paix à venir de 1000 ans après la Parousie du Christ avant de ne devoir relâcher le mal pour une nouvelle durée (de 6000 ou 7000 non ?) non ? Un temps cyclique et non linéaire où chaque période soit nous confronte durant la montée du mal jusqu’à un combat final mais infini, soit nous permet de goûter à ce que la Providence si on la suit peut nous offrir, nous nous donnons lorsque la Paix et l’Amour règne ?

    Bien à vous,

    Fabio

    1. MICHEL-HENRI

      Bonjour Fabio
      On peut toujours se poser la question du rapport entre les différentes prophéties mais il n’y a pas de direct entre NOSTRADAMUS et le calendrier MAYA avec la date de 2012.
      Les structures humaines ont toutes leurs défaillances, quelles soient religieuses ou politiques et ces dernières ont sans doute été les pires depuis la révolution française et, cependant, elles perdurent. Pour le christianisme il serait plus sage « de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain ».
      En référence de l’Apocalypse, après le règne des Mille Ans, Satan doit être relâché mais peu de temps, quant à la suite, elle reste encore mystérieuse et elle dépasse largement le cadre des prophéties et de notre espérance de vie mais le message essentiel dévoile qu’à ce moment-là les forces du mal seraient totalement vaincues.
      Bien cordialement
      MICHEL-HENRI

Laisser un commentaire

REVELATION ET PROPHETIE DES QUATRE SAISONS